Septième Prière
de Soeur Nathalie Becquart

Septième Prière
de Soeur Nathalie Becquart

Prière de Soeur Nathalie Becquart pour la Jeunesse.

Ma prière

Nous, dans ce service national pour l’évangélisation des jeunes et pour les vocations, je voudrais ouvrir une piste qui va introduire notre prière. Je crois que ce qui peut vraiment nous aider, c’est de creuser la question de l’identité finalement à travers ce qu’est la vocation.

La vocation, c’est toujours quelque chose de dynamique, qui nous met en marche, c’est répondre à l’appel de Dieu, et je crois que ça peut nous aider de chercher, en discernant à l’écoute de l’Esprit Saint, finalement quelle est la vocation aujourd’hui de notre pays, et quelle est notre vocation commune, ensemble, de tous les habitants et notre vocation personnelle.

Pour les jeunes, je voudrais citer ce que dit le Pape François qui a lancé un prochain synode en octobre 2018 sur les jeunes, la foi et le discernement des vocations, pour que l’Eglise puisse aider chaque jeune à trouver véritablement la joie de l’amour, qui est de reconnaître et accueillir l’appel à l’amour et à la vie en plénitude.

Voilà, pour ça, je vais vous proposer de prier avec la prière qu’on a écrite pour la prochaine journée mondiale de prière pour les vocations :

« Seigneur, Tu appelles les jeunes au bonheur. Ils portent en eux une grande soif d’aimer et de se donner. Nous croyons que Tu as un appel particulier pour chacun. Ils se découvrent dans l’expérience de la rencontre personnelle avec Toi et l’écoute des besoins et des cris du monde. Seigneur, fais de nos familles, nos diocèses, nos communautés, nos mouvements, des lieux où les jeunes feront l’expérience de la prière et du service.

Fais naitre chez chacun le désir de te suivre humblement et d’oser répondre en vérité et en liberté à l’appel que Tu lui adresses. Donne à nos communautés l’audace d’éveiller, l’énergie d’appeler, la patience d’accompagner, particulièrement ceux que Tu appelles au ministère de prêtre ou à la vie consacrée, et la sagesse pour aider chacun au discernement. Seigneur, Tu fais de ton Eglise une communauté d’appelés pour appeler. Donne-nous de proposer à tous, la bonne nouvelle de la vocation. »

Amen

Pour que l’Eglise puisse aider chaque jeune à trouver véritablement la joie de l’amour qui est de reconnaître et accueillir l’appel à l’amour et à la vie en plénitude.

Action de grâce

Je voudrais dire merci, rendre grâce pour cette belle jeunesse qu’on a en France, une jeunesse très diverse, mais qui est quand même traversée assez fortement par des valeurs fortes de partage – il y a une grande générosité -, beaucoup d’inventivité aussi.

On voit, par exemple, ces dernières années, une hausse du bénévolat caritatif chez les jeunes, ils s’engagent pas mal dans des associations, sur des actions concrètes au service des autres. Je peux donner l’exemple du service civique qui est un dispositif de volontariat fait par l’Etat depuis quelques années et l’année dernière, en 2016, il y a 100 000 jeunes qui ont donné six à douze mois de leur temps à travers une association, une collectivité, donc au service des autres, au service de la société dans une mission d’intérêt général.

Et puis cet été, comme beaucoup, j’étais aux JMJ, donc là, pour l’Eglise, on voit combien les JMJ sont un beau lieu où les jeunes s’engagent dans la préparation, se bougent, vont à la rencontre des autres à travers la rencontre des jeunes du monde entier. Et puis surtout en revenant des JMJ – il y avait 35 000 jeunes Français qui sont partis à Cracovie – on ne cesse d’entendre et d’être témoin que cette expérience-là est source d’engagement et que c’est un vrai moteur, aussi missionnaire, et les jeunes sont revenus en mettant en œuvre ces paroles fortes du Pape François qui les a invités à sortir de leur canapé pour chausser leurs crampons.

Voilà, alors ça, ça me donne beaucoup de confiance dans la jeunesse actuelle.

Mon rêve pour la France

Mon rêve pour la France, c’est que les habitants de notre pays, en particulier les jeunes, puissent vraiment retrouver ou trouver une confiance dans l’avenir et puissent se déployer avec confiance, sans crainte, pour trouver le sens de leur vie qui est toujours une manière de trouver ce qui va me rendre heureux en rendant les autres heureux et en apportant sa pierre au service du bien commun, en fait.

Voilà, mon rêve pour la France, c’est comment, dans cette société qui est très diverse, on arrive à faire société ensemble, chacun avec ce qu’il est.

Share This